Page:Apollinaire - Alcools.djvu/112

Cette page a été validée par deux contributeurs.

ALCOOLS


Le Rhin le Rhin est ivre où les vignes se mirent
Tout l’or des nuits tombe en tremblant s’y refléter
La voix chante toujours à en râle-mourir
Ces fées aux cheveux verts qui incantent l’été

Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire

112