Page:Apollinaire - Alcools.djvu/109

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Descendant des hauteurs où pense la lumière
Jardins rouant plus haut que tous les ciels mobiles
L’avenir masqué flambé en traversant les cieux


Nous attendons ton bon plaisir ô mon amie


J’ose à peine regarder la divine mascarade


Quand bleuira sur l’horizon la Désirade


Au delà de notre atmosphère s’élève un théâtre
Que construisit le ver Zamir sans instrument
Puis le soleil revint ensoleiller les places
D’une ville marine apparue contremont
Sur les toits se reposaient les colombes lasses

109