Page:Anthologie japonaise, poésies anciennes et modernes.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


INTRODUCTION



Si nous possédions, pour l’histoire littéraire des Japonais, un ouvrage analogue au grand répertoire critique et analytique de la Bibliothèque impériale de Péking[1] pour l’histoire littéraire des Chinois, il serait possible, au moins dans une certaine mesure, de signaler à l’attention des orientalistes européens les principaux monuments écrits des insulaires de l’extrême Orient. Malheureusement j’ai fait, depuis plus de dix ans, de vains efforts en vue de me procurer un tel ouvrage ; et, bien que son existence m’ait été affirmée par plusieurs de mes correspondants, j’ai en quelque sorte renoncé à importuner de mes demandes à son sujet les personnes sur qui j’avais compté pour me le procurer. Je me vois donc obligé,

  1. Kin-tin-sso’-k’u-ts’uen-su-sun-muh.