Ouvrir le menu principal

Page:Anthologie contemporaine, Première série, 1887.djvu/60

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans l’intention de s’amuser, ne se nourrissent, après avoir avalé force poussière, que de charcuteries douteuses et de poissons pouacres, ne se désaltèrent qu’avec des rinçures de verres et font sauter des ribaudes couperosées ou anémiques qu’ils prennent, l’ivresse aidant, pour les roses et les lis villageois.

Puis ils sommeilleront en gens avisés, les bons pitauds, pour se réveiller vers le soir, quand la racaille citadine aura vidé la place et terminé cette soi-disant partie champêtre, abrutis et recrus dans les musicos de banlieue, aux sons lamentables des orgues.

Lorsque ce refrain d’avril, modulé sur un rhythme de pas redoublé, se sera perdu dans l’éloignement après les chanteurs enroués :

Par les sentiers rem-plis-d’i-vrè-esse,
Fuyons tous deux à pe-tits pa-as.
Je veux offrir à ma maîtrè-esse,
Le premier bouquet-de-li-las…

Alors seulement ils valseront, à leur tour, les gars défiants, avec leurs jolies accordées, sous l’œil attendri des vieux, fumant la pipe et buvant d’authentique bière. Et tous, réjouis de vivre ces jours de kermesse, béniront intérieurement saint Corneille leur patron.

Georges Eekkoud.