Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

d’un air arrogant, il lui saisit le chapeau, & le lui faisant pirouetter sur la tête, il lui dit insolemment, en lui riant au nez : Et vous, seigneur, nous vous donnerons la même sauce, si vous n’avez pas soin d’avoir du respect pour nous.

L’Espagnol quoique doux & fort honnête, étoit un homme aussi courageux qu’on puisse l’être ; d’ailleurs il étoit adroit & robuste au suprême degré. Après avoir regardé fixement celui qui venoit de l’insulter avec si peu de raison, il alla vers lui d’un pas fort grave, & du premier coup de poing il le jeta à terre, come un bœuf qu’on assomme ; sur quoi un autre anglois, aussi insolent que le premier, lui tira un coup de pistolet. Il ne le tua pourtant pas, les balles passèrent au travers de ses cheveux, mais l’une lui toucha le bout de l’oreille & le fit saigner beaucoup.

L’Espagnol voyant couler son sang abondamment, crut être blessé plus dangereusement qu’il ne l’étoit ; & quoique jusques-là il eût agi avec toute la modération possible, il commença à s’échauffer, & crut qu’il étoit tenu de montrer à ces scélérats qu’ils avoient tort de se jouer à d’aussi braves gens qu’eux : il arracha le fusil à celui qu’il avoit jeté à terre, & il alloit faire sauter la cervelle au coquin qui l’avoit voulu