Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/487

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


j’étois prêt à faire autant pour un autre que pour lui, pour qui je sentois un profond respect & la plus parfaite estime. Cependant, continuai-je, si vous voulez bien me nommer la personne en question, je vous répondrai avec franchise & si ma réponse vous déplaît, j’ôse espérer que vous ne m’en voudrez point de mal. Il me dit qu’il s’agissoit de son fils unique que je n’avois jamais vu, & qui se trouvoit dans la même condition que lui, éloigné de Tobolski de plus de deux cens milles ; mais qu’il trouveroit le moyen de le faire venirn si j’étois disposé à lui accorder cette grace.

Je n’hésitai pas un moment ; je lui dis que j’y consentois de bon cœur, & que ne pouvant pas lui montrer à lui-même jusqu’à quel point je le considérois, je serois charmé de lui en donner des marques dans la personne de son fils. Le lendemain il envoya des gens pour aller chercher le jeune prince, & il arriva trois semaines après, amenant avec lui six ou sept chevaux chargés des plus riches fourrures dont la valeur montoit à une somme très-considérable,

Ses valets conduisirent les chevaux dans la ville, en laissant leur jeune seigneur à quelque distance de-là : mais il entra la nuit incognito dans la maison, & son père me le présenta. Dans