Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/452

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

persuadés qu’elle seroit absolument consumée en moins de rien, nous commençâmes à songer à nous retirer ; mais le marchand Écossois nous en détourna, en nous assurant que, si nous nous en allions, tous ces pauvres idolâtres se jeteroient dans le feu, pour y être consumés avec leur idole. Nous résolûmes donc de nous arrêter, jusqu’à ce que la paille fût toute brûlée.

Le lendemain nous fîmes fort les occupés, parmi nos compagnons de voyage, à tout préparer pour la marche, & personne ne pouvoit soupçonner que nous eussions été autre part que dans nos lits, puisqu’il n’est rien moins que naturel de courir la nuit quand on prévoit une journée fatigante.

Mais l’affaire n’en resta pas là ; le jour après une grande multitude de gens vint, non-seulement du village, mais encore de tous les lieux d’alentour aux portes de la ville, pour demander au gouverneur Russien satisfaction de l’outrage qui avoit été fait à leurs prêtres, & au grand Cham-Chi-Thaungu ; c’est-là le terrible nom qu’ils donnoient à la plus difforme divinité qu’on puisse trouver dans tout le paganisme. Le peuple de Norsinskoi fut d’abord dans une grande consternation d’une visite si peu attendue, qui leur étoit faite par plus de trente mille per-