Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/444

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

milliers s’en plaindre au gouverneur de Nortsinskoi, & demander satisfaction. S’il n’est pas en état de la leur donner, il y a à parier deux contre’un, qu’ils exciteront une révolte générale, & qu’ainsi vous serez la cause d’une guerre sanglante, que sa majesté Czarienne sera obligée de soutenir contre tous les Tartares.

Cette considération calma pendant quelques momens le transport de mon zèle ; mais bien-tôt après elle m’anima avec la même force à la destruction de cette idole, &, pendant tout le jour, cette idée me roula dans l’esprit.

Sur le soir, le marchand Écossois me rencontra par hasard, en me promenant hors de la ville ; & m’ayant tiré à l’écart pour me parler : Je ne doute pas, me dit-il, que je ne vous aie détourné de votre pieux dessein ; j’avoue pourtant que je n’ai pas pu m’empêcher d’y rêver, & que je n’ai pas moins ’horreur que vous, pour cette infâme idolâtrie. « À vous parler naturellement, lui répondis-je, vous avez réussi à me détourner mais je l’ai toujours dans l’esprit, & je crois de l’exécution précipitée de mon projet ; fort que, s’il m’est possible ; je le mettrai en œuvre, avant que de quitter cet endroit, quand je devrois être livré à ces barbares, pour appaiser leur fureur ». Non, non, me répliqua-t-il, il n’y a rien à craindre de ce côté-là ;