Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/387

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Cette ville est effectivement grande, peuplée : mais comme je regarde ces sortes de choses d’un autre œil que ces gens qui se jettent d’abord à corps perdu dans l’admiration, je dirai dans la suite quelle est mon opinion de ce célèbre Pékin. Je reviens au père Simon.

Un jour que nous dînions ensemble ; & que nous étions tous de fort bonne humeur, je lui fis voir quelque penchant à l’accompagner dans son voyage, & il nous pressa fort, mon associé & moi, de prendre cette résolution. D’où vient donc, père Simin, lui répondit mon associé, que vous souhaitez si fort notre compagnie ? Vous savez que nous sommes hérétiques, & par conséquent vous ne sauriez nous fréquenter ni trouver le moindre plaisir dans notre commerce. « Bon, répondit-il, vous pouvez devenir catholiques avec le tems ; mon occupation ici est de convertir les payens ; que sait-on si je ne réussirai pas à vous convertir aussi » ? Oui-dà, mon père, lui dis-je ! donc garre les sermons pendant tous le chemin. « N’ayez pas peur, répliqua-t-il, je ne vous fatiguerai pas par mes sermons : notre religion n’est pas incompatible avec la politesse : d’ailleurs, nous nous regardons, dans un pays si éloigné, comme compatriotes, quoique vous soyez Anglois & moi François ; pourquoi ne pourrions-nous pas nous