Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/358

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

cette manière, que nous avions découvert les vaisseaux ennemis, dont nous étions environnés de tous côtés. Les habitans de l’endroit où nous nous trouvions, étoient précisément, comme je l’ai déjà dit, les plus barbares de toute cette côte, n’ayant aucun commerce avec aucun autre peuple, & ne vivant que de poisson, d’huile & de vivres les plus grossiers. Une marque évidente de leur barbarie excessive, étoit l’abominable coutume qu’ils avoient de réduir ene esclavage tous ceux qui avoient le malheur de faire naufrage sur leur territoire, & nous en vîmes bientôt un échantillon de la manière suivante.

J’ai observé ci-dessus que notre navire s’étoit fait une voie d’eau au milieu de la mer, sans qu’il nous eût été possible de la découvrir. Quoiqu’elle eût été bouchée d’une manière aussi peu attendue qu’heureuse, dans l’instant même que nous allions être assaillis par les chaloupes angloises & hollandoises, cependant n’ayant pas trouvé le bâtiment aussi sain que nous l’aurions bien voulu, nous résolûmes d’en tirer tout ce qu’il avoit de plus pesant, & de le mettre sur le côté pour le nettoyer, & pour trouver la voie d’eau, s’il étoit possible.

Conformément à cette résolution, ayant mis d’un seul côté les canons & tout ce qu’il y avoit

de