Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/350

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ils ne laissèrent pas pour cela de pousser leur pointe, & les voyant assez près de nous pour leur parler avec une trompette parlante, nous les arraisonnâmes, en les avertissant qu’il leur en prendroit mal s’ils approchoient davantage.

C’étoit parler à des sourds ; nous remarquâmes qu’ils faisoient tous leur efforts pour venir sous notre poupe, & pour attaquer le vaisseau par-là. Là-dessus, persuadé qu’ils se fioient sur les forces qui les suivoient, je fis pointer sur eux, & les voyant vis-à-vis de notre bord, je leur fis tirer cinq coups de canon, un desquels emporta toute la poupe de la chaloupe la plus éloignée, ce qui força les matelots à baisser toutes les voiles, & à se jeter tous du côté de la proue de peur d’aller à fond. Ce mauvais succès n’empêcha pas ceux de la chaloupe la plus avancée d’aller toujours leur chemin.

Dans le tems que nous nous préparions à donner à celle-là son fait à part, une des trois qui suivoient, s’en fut tout droit à celle qui venoit d’être mise dans un si pitoyable état, & en tira tous les hommes. Cependant nous arraisonnâmes pour la seconde fois la chaloupe la plus avancée, en lui offrant une trève pour parlementer & pour être informés de la raison de leur procédé. Point de réponse encore ; elle tâcha seulement de gagner notre poupe ; sur quoi notre