Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/342

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

telots Anglois & Hollandois, & nous nous déterminâmes à un second voyage du côté du sud vers les îles Philippines & Molucques, pour chercher des clous de girofle.

Pour ne pas arrêter long-tems le lecteur sur des choses peu dignes d’attention, ayant encore tant de choses remarquables à lui raconter, je dirai en peu de mots que je passai six ans dans ce pays à négocier avec beaucoup de succès, & que la dernière année je pris, avec mon associé, le parti d’aller dans notre vaisseau faire un tour vers la Chine, après avoir acheté du riz dans le royaume de Siam.

Dans cette course, étant forcés par les vents contraire d’aller & de venir pendant quelque tems dans les détroits qui séparent les îles Molucques, nous ne nous en fûmes pas plutôt débarrassés ; que nous apperçûmes que notre navire s’étoit fait une voie d’eau, & quelque peine que nous prissions, il nous fut impossible de découvrir où c’étoit. Cet inconvénient nous obligea de chercher quelque port, & mon associé, qui connoissoit ces pays mieux que moi, conseilla au capitaine d’entrer dans la rivière de Cambodia. Je dis le capitaine ; car ne voulant pas me charger du commandement de deux vaisseaux, j’avois établi pour mon capitaine de

celui-ci