Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/334

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

monsieur, resterions-nous ici les bras croisés ? Toute roule, tout s’agite dans le monde : tous les corps terrestres & célestes sont occupés ; par quelle raison demeurerions-nous dans une lâche oisiveté ? Il n’y a, pour ainsi-dire, des fainéans que parmi les hommes, & je ne vois pas qu’il soit nécessaire que nous soyons de cette méprisable classe.

Je goûtai fort cette proposition, d’autant plus qu’elle me fut faite avec beaucoup de marques d’amitié & de franchise. L’incertitude de ma situation contribua beaucoup à m’engager dans le commerce, qui n’étoit pas naturellement l’élément qui me fût le plus prore : en récompense, le projet de voyager touchoit la véritable corde de mes inclinations, & jamais une proposition d’aller voir une partie du monde qui m’étoit inconnue, ne pouvoit m’être faite mal-à-propos.

Quelque tems s’écoula avant que nous pussions trouver un navire qui nou agréât, & quand nous l’eûmes trouvé, il nous fut fort difficile d’avoir des matelots Anglois, autant qu’il nous en falloit pour diriger ceux du pays que nous pouvions trouver sans peine. Bientôt pourtant nous engageâmes un contre-maître, un bosseman & un canonnier, tous Anglois, un charpentier Hollandois, & trois matelots Portugais, qui suffisoient pour avoir l’œil sur nos mariniers Indiens.