Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/307

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Allons Jean, s’écria l’un, veux-tu y venir ? pour moi j’y vais certainement. Jean répondit qu’il le vouloit bien. Il fut suivi d’un autre, & celui-là d’un autre encore ; en sorte qu’ils m’abandonnèrent tous, hormis un seul que je priai instamment de rester. Il n’étoit demeuré dans la chaloupe qu’un seul mousse ; ainsi il n’y avoit que ce matelot, le Super-Cargo & moi, qui retournâmes vers la chaloupe, où nous avertîmes les autres, que nous resterions pour la garder, & pour en sauver autant qu’il nous seroit possible. Je leur répétai encore, qu’ils entreprenoient le dessein du monde le plus extravagant, & qu’ils pourroient bien avoir la même destinée que Jeffery.

Ils me répondirent en vrais mariniers, qu’ils agiroient prudemment, & qu’ils me garantissoient qu’ils en viendroient à bout à leur honneur. J’avois beau leur mettre devant les yeux les intérêts du vaisseau, & que leur conduite étoit inexcusable devant Dieu & devant les hommes, c’étoit comme si j’avois parlé au grand mât du navire ; ils me donnèrent seulement de bonnes paroles, & m’assurèrent qu’ils seroient de retour dans une heure au plus tard. La ville des Indiens n’étoit, à ce qu’ils me dirent, qu’à un demi-mille du rivage ; mais ils trouvèrent qu’elle étoit éloignée de plus de deux grands milles.