Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/306

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

avoit emporté ceux qui avoient été blessés, & qu’on avoit espéré de pouvoir guérir.

Après avoir fait cette découverte, j’étois d’avis de retourner à bord ; mais le bosseman me fit dire qu’il étoit résolu, avec ses gens, d’aller rendre visite à la ville où ces chiens d’Indiens demeuroient, & me fit prier de l’y accompagner, ne doutant point que nous n’y pussions faire un butin considérable, & avoir des nouvelles de Thomas Jeffery ; c’étoit-là le nom du matelot que nous avions perdu.

S’ils m’avoient demandé permission de tenter cette entreprise, je sais bien que je leur aurois ordonné positivement de se rembarquer ; mais ils se contentèrent de me faire savoir leur intention, & de me prier d’être de la partie. Quoique je susse combien un tel dessein, où l’on pouvoit perdre beaucoup de monde, étoit préjudiciable à un vaisseau dont l’unique but étoit d’aller négocier, je n’avois pas l’autorité nécessaire pour détourner le coup ; je me contentai de leur refuser de les accompagner, & j’ordonnai à ceux qui me suivoient de rentrer dans la chaloupe. Deux ou trois de ces derniers commencèrent d’abord à murmurer contre cet ordre, à dire qu’ils vouloient y aller, en dépit de moi, & que je n’avois aucun commandement sur eux.