Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/283

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

moitié de la longueur d’un cable, & nos canonniers visèrent si juste, que quatre de leurs canots furent renversés, selon toutes les apparences, d’un seul & même coup de canon.

Ce n’étoit pas le sot compliment qu’ils nous avoient fait, qui avoit excité ma colère & mon ressentiment, & tout ce que j’avois résolu de faire, pour les punir de leur impolitesse, c’étoit de les effrayer, en tirant quatre ou cinq canons chargés seulement de poudre. Mais voyant la décharge furieuse qu’ils nous faisoient sans raison, & la mort du pauvre Vendredi qui méritoit si bien toute mon estime & toute ma tendresse, je crus être en droit devant Dieu & devant les hommes, de repousser la force par la force, & j’aurois été charmé même d’abîmer tous leurs canots.

Quoi qu’il en soit, notre bordée fit une exécution terrible ; je ne saurois dire précisément combien nous en tuâmes ; mais il est certain que jamais il n’y eut dans une multitude de gens une pareille frayeur &une consternation semblable. Il y avoit treize ou quatorze de leurs canots tant brisés que renversés, & coulés à fond, & ceux qui les avoient montés étoient tués en partie, & en partie ils tâchoient de se sauver à la nage.