Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/265

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

l’ouvrage entre nous. Il entreprit d’aller voir les Espagnols, qui étoient tous papistes, dans le tems que j’irois adresser mes exhortations aux Anglois, qui étoient tous protestans. Nous leur recommandâmes aux uns & aux autres, très-fort, de ne point faire entrer, dans les instructions qu’ils donneroient aux sauvages, aucune distinction entre les catholiques & les protestans, & de se contenter de leur apprendre les principes généraux de la religion chrétienne, comme l’existance de Dieu, le mérite de Jesus-Christ, &c. Ils nous le promirent, & ils s’engagèrent même à ne parler jamais ensemble de controverse.

En venant à la maison, ou à la ruche d’Atkins, je vis, avec plaisir, que la jeune femme de mon machiniste, & l’épouse d’Atkins, étoient devenues amies intimes, & que cette personne pieuse avoit perfectionné l’ouvrage que l’époux avoit commencé. Quoiqu’il n’y eût que quatre jours d’écoulée depuis le baptême de la femme d’Atkins, elle étoit déjà devenue si bonne chrétienne, que je n’ai de ma vie entendu parler d’une conversion si subite, & poussée si loin en si peu de tems.

Il m’étoit venu justement dans l’esprit, le même matin que je méditois cette visite, qu’en leur laissant tout ce qui leur étoit nécessaire, j’avois oublié de leur donner une bible ; en quoi je conteste que j’avois moins de soins pour eux,