Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/237

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

laquelle je me trouve ici, que je ne vous regarde pas comme une homme absolument exclus de la grace de Dieu. Je ne dirai jamais, quoique je sache qu’on le croit généralement parmi nous, que vous ne sauriez être sauvé ; je n’ai garde de borner assez la miséricorde de Jesus-Christ, pour m’imaginer que vous ne sauriez être porté dans le sein de l’église par des voies qui nous sont inconnues, & je suis sûr que vous avez la même charité pour nous : Je prie continuellement que vous puissiez rentrer dans l’église par des chemins dont je laisser le choix à l’Être infiniment sage. En attendant vous confesserez, je crois, qu’en qualité de catholique, je puis faire une différence considérable entre un protestant & un payen ; entre quelqu’un qui invoque le nom de Jesus, quoique d’une manière que je ne juge pas conforme à la véritable foi, & un sauvage, un barbare, qui ne connoît ni dieu, ni christ, ni rédempteur. Si vous n’êtes pas dans les limites de l’église, vous en êtes plus près, du moins, que ceux qui n’en ont jamais entendu parler. C’est par cette raison que je me réjouis en voyant cet homme qui s’étoit livré à toutes sortes de crimes, adresser ses prières au sauveur, quoique je ne le croie pas parfaitement éclairé ; persuadé que dieu, dont toute bonne œuvre procède, achevera celle-ci en le menant un jour à la connoissance