Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

pour présider à la cérémonie requise pour un mariage légitime, & qu’il n’y avoit pas même de l’encre, du papier & des plumes pour dresser un contrat de mariage & pour le signer ; je suis instruit même de ce que le gouverneur Espagnol vous a raconté des conditions sous lesquelles il a permis que cette liaison se fît. Mais la précaution qu’il a prise de les faire choisir & de les obliger à s’en tenir chacun à une seule & même femme, n’établit point un mariage légitime, puisque le consentement des femmes n’y est point entré, & que les hommes se sont accordés seulement pour éviter les inimitiés & les querelles.

D’ailleurs, l’essence du mariage, poursuivit-il, ne consiste pas seulement dans le consentement mutuel de l’homme & de la femme, mais encore dans une obligation formelle & légale, qui force l’une & l’autre des parties contractantes à se reconnoître toujours dans les qualités d’époux & d’épouse. Elle engage l’homme à s’abstenir de toute autre femme, tandis que le premier contrat subsiste, & de pourvoir la sienne, aussi-bien que ses enfans, de tout ce qui leur est nécessaire autant que ses facultés peuvent le lui permettre. Ce contrat oblige la femme à remplir de son côté les mêmes ou de semblables conditions.

Pour les hommes en question, rien ne les empêche de se servir de la première occasion