Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/204

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

quand il seroit encore meilleur, il peut y en avoir parmi vos gens dont les actions n’ont pas la même pureté. Vous savez que dans l’histoire des enfans d’Israël, un seul Achan, éloigna la bénédiction de dieu de tout le peuple, & l’irrita tellement, que trente-six israélites, quoiqu’ils n’eussent point de part dans le crime, furent l’objet de sa colère & de sa vengeance.

Son discours me toucha fort, & je lui dis que son raisonnement étoit juste, & que son dessein me paroissoit si sincère, & si plein de piété, que, mortifié de l’avoir interrompu, je ne pouvois que le prier de vouloir bien continuer. Persuadé que ce qu’il avoit à me dire demandoit quelque tems, je l’avertis de mon intention d’aller voir les plantations des Anglois, & je lui proposai de m’y accompagner, & de m’expliquer ses vues en chemin faisant. Il me répondit qu’il y consentoit avec d’autant plus de plaisir, que ce qu’il avoit à me dire regardoit ces m^mes Anglois. Là-dessus nous nous mîmes en chemin, & je le conjurai de me parler avec toute la franchise possible.

Avant que d’en venir à mon sujet, me dit-il, vous me permettrez bien monsieur, de poser ici quelques principes, comme la base de tout mon discours. Quoique nous différions dans quelques sentimens particuliers, tout ce que j’ai à