Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/197

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

qu’il auroit fallu les abattre pour voir le château : d’ailleurs, il étoit presque impossible de découvrir les deux petits chemins pas lesquels les habitans eux mêmes entroient & sortoient. L’un étoit tout au haut de la petite baie, à plus de deux cens verges derrière l’habitation ; l’autre, encore plus caché, menoit par-dessus la colline, par le moyen d’une échelle, comme je l’ai déjà dit plus d’une fois. Ils avoient planté encore au-dessus de la colline un bois fort épais d’un acre d’étendue, où il n’y avoit pas la moindre ouverture, excepté une fort petite entre deux arbres, par laquelle on entroit de ce côté là.

La seconde colonie étoit celle de Guillaume Atkins, de son compagnon, & de la famille de leur camarade défunt, du jeune homme & de la servante. Dans celle-là demeuroient encore les deux charpentiers, & le serrurier qui étoit d’autant plus utile à tous les habitans, qu’il étoit encore bon armurier, & capable par conséquent de tenir toujours en bon état les armes à feu. Ils avoient avec eux mon artisan universel qui valoit vingt autre ouvriers lui seul. Ce n’étoit pas seulement un garçon fort industrieux, mais encore fort gai & divertissant, en sorte qu’on trouvoit chez lui l’agréable & l’utile. Avant que de sortir de mon royaume j’eus la satisfaction de le marier avec la servante qui étoit une fille de

mérite.