Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/130

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

dans une de leurs cabanes, & qu’ils venoient exprès pour demander des vivres pour eux, il résolut de s’y transporter avec tous les Espagnols, & les deux Anglois honnêtes, en un mot avec toute la colonie, sans oublier le père de Vendredi.

Ils les trouvèrent dans la hutte, tous liés ; car leurs maîtres avoient jugé nécessaire d’user de précaution, de peur que, pendant leur absence, ils reprissent le parti de se sauver avec le canot. Ils étoient assis à terre, tout nuds comme la mains. Il y avoit trois hommes âgés d’environ trente à trente-cinq ans, tous bien tournés, & ayant la mine d’être adroits & robuste. Le reste consistoit en cinq femmes, parmi lesquelles il y en avoit deux de trente ou quarante ans, deux de vingt-cinq ou vingt-six ans, & une grande fille bien faite de seize ou dix-sept ans : elles étoient toutes bien proportionnées pour la taille & pour les traits, mais d’une couleur un peu tannée : il y en avoit deux, qui, si elles avoient été parfaitement blanches, auroient pu passer pour de belles femmes à Londres même : elles avoient quelque chose d’extrêmement gracieux dans l’air du visage, & toute leur contenance étoit fort modeste : ce qui fut sur-tout remarquable après qu’on les eût habillées, quoique dans le fond leurs habits ne