Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/37

Cette page a été validée par deux contributeurs.
XXXIII
INTRODUCTION

un des familiers du duc Charles : il figure en cette qualité dans les œuvres de Charles d’Orléans comme auteur de trois pièces : une obligation rimée[1] et deux rondeaux[2]. Vaillant est de plus connu par son Embusche Vaillant, publiée par M. de Montaiglon, sous le titre de Debat des deux sœurs disputant d’amours[3], d’après un imprimé gothique et le ms. fr. 1642 de la Bibliothèque nationale[4]. Les autres ouvrages de Vaillant sont assez nombreux ; c’est d’abord une pièce intitulée La Cornerie des Anges[5], une vingtaine de rondeaux et bergerettes[6], parmi lesquels s’en trouvent quelques uns déjà donnés dans notre recueil, puis deux lettres écrites à sa dame, l’une en vers[7], l’autre en prose[8], enfin deux ballades[9], dont l’une envoyée à Jacques Cœur, a donc été composée avant 1456, date de la mort du fameux argentier. Il faut aussi remarquer que, de même que l’obligation rimée, la lettre en vers est datée de Tours, patrie probable de Vaillant ; ce qui pourrait s’expliquer aussi par les séjours fréquents que Charles d’Orléans et sa cour firent dans cette ville.

Notre recueil contient 14 pièces de Vaillant, 13 rondeaux et une bergerette, célébrant tous l’amour heureux ou malheureux (nos viii-ix, xi à xix, xxi-xxii, liv p. 7-8,

  1. Éd. d’Héricault, t. I, p. 117.
  2. Ibid., t. II, p. 188. L’autre rondeau a été publié dans l’éd. Guichard, p. 338.
  3. Recueil de poésies fr., t. IX, p. 92-147.
  4. On aurait pu consulter aussi les mss. fr. 2230, fol. 211 Vo 233 et 2264, fol. 127-158 Vo.
  5. Bibl. nat., mss. fr. 2230, fol. 238-240, et 2375, fol. : 84. et suiv.
  6. Bibl. nat., ms. fr. 2230, fol. 233-248.
  7. Ibid., fol. 233 Vo-235 Vo.
  8. Ibid., fol. 245-247 v°.
  9. Ibid., fol. 244 et 248.