Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/233

Cette page a été validée par deux contributeurs.
161
ET AUTRES POÉSIES

CXCIII

Monsr Jaques

(fol. 103 v°)
Quant vous arés mon fait congnu,
Et vous vouldrés mon cas entendre,
Le cueur arés plus dur que tendre,
Ou je seray bien recongnu

5De vous, sans estre descongnu,
S’au long Rayson s’y peult estendre,
[Quant vous arés mon fait congnu.]

Jusques cy me suis abstenu
Vous dire a quoy me veulz attendre
10Pour ce que j’ay voulu contendre
Que soye vostre retenu,
Quant vous [arés mon fait congnu.]

CXCIV

Monsr Jaques

(fol. 104)
Qu’elle n’y a, je le maintien,[1]
Et a ce cas cy la main tien
Et le tendray tout mon vivant,

  1. CXCIV. Voy. le premier vers du rondeau CLXXVIII.