Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/232

Cette page a été validée par deux contributeurs.
160
RONDEAUX

Quant jamès ne cesseroye
Le dire toute ma vie,

5Ma voulenté assouvie
N’est point par non trouver voye
[De vous veoir.]

A poy que je n’en desvie ;
Se bien dire je l’ousoye,
10Plus voulentiers trouveroye
La fachon que nul en vie
De vous [veoir.]

CXCII

Monsr Jaques

(fol. 103)
De plus en plus tien leeauté
Envers la tresbelle et bonne,
Et mains de confort me donne
Qu’a nul aultre en verité.

5Je suis tousjours comme ay esté
Tout a elle, et m’abandonne
[De plus en plus.]

Ly priant que sa voulenté
Ung petit mieulx me guerdonne
10Qu’elle n’a fait, et m’ordonne
De n’estre[1] ainsy debouté
De plus [en plus.]

  1. CXCII. Ms. fr. 9223 non estre.