Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/227

Cette page a été validée par deux contributeurs.
155
ET AUTRES POÉSIES

De demourer journellement
5A malheur, et m’y contraindre.

Je ne la doy pas tant craindre
Que je m’en doye refraindre
Que ne m’en plaingne incessaument
[A grant cause.]

10Car oncques ne pœus actaindre
Ce qui m’a fait mon cueur taindre
De douleur, angoisse et tourment ;
Non pas ung poy, mès largement
En est fort ma joye maindre,
15A grant cause.

CLXXXV

Monsr Jaques

(fol. 99 v°)
Des nouvelles, mon segretaire,
Qui bien savés un segret taire,
Par le premier certain messaige
Mandés moy de la bonne et saige,
5Pour a ma pensée complaire.

Se vous la vés[1] par bon affaire,
Ainsy que bien le sarés faire,
Comptés luy tout en beau langaige
[Des nouvelles.]
 

  1. CLXXXV. Ms. fr. 9223 vees.