Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/220

Cette page a été validée par deux contributeurs.
148
RONDEAUX

5Ha ! Nostre Dame ! quel fortune !
Souffrirai ge deul immortel,
[Sans cause et sans raison aulcune ?]

Ouy[1], car tousjours Infortune
Me loge en son dolent hostel ;
10La suis couchié au lit mortel,
Par ma dame qui me fortune
Sans cause [et sans raison aulcune.]

CLXXV

Thomas de Loraille

(fol. 94 v°)
Nouveau remis en l’ordonnance
D’Amours, voire a ma simple lance,
Je fus hier par ung commissaire,
Qui loyal serment me fist faire
5De le servir de ma puissance.

Et pour pourffit ne pour plaisance
Ne osay[2] prendre aultre aliance
A qui que j’en doye desplaire,
[Nouveau remis en l’ordonnance.]

10Puis me dist de sa bienvaillance :
« Tu es le plus heureux de France,
Ne mès que tu te saiches taire,
Car gaiges, regard et salaire
Auras sans rolle[3] ne quitance,
15Nouveau [remis en l’ordonnance. »]

  1. CLXXIV. Ms. fr. 9223 Huy.
  2. CLXXV. Ms. fr. ossy.
  3. Ms. fr. relle.