Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/218

Cette page a été validée par deux contributeurs.
146
RONDEAUX

CLXXII

Foullée

(fol. 93)
O Mort[1] trescruelle et mauldicte,
Qui en tous lieux es interdicte
De toute joye et [tout] soulas,
Pour Dieu tire vers moy tes las,
5Car ma vie m’est trop despite.

J’ay des maulx sy treslargement
C’on ne saroit penser comment
J’ay puissance de les porter,
Par quoy je suis incessaument
10En plains, en pleurs et en tourment,
Du tout pour moy desconforter.

Je te pri, plus ne me respicte,
Adfin que soye du tout quicte
Des assaux dont mon cueur est las :
15Je t’abandonne hault et bas,
Fay ton debvoir toust et t’acquicte
[O] Mort [trescruelle et mauldite.]
 

  1. CLXXII. Ms. fr. 9223 Mort.