Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/192

Cette page a été validée par deux contributeurs.
120
RONDEAUX

D’une qui mon cueur renouvelle
5A l’amer, veu qu’i suy tenu.

Jusques cy fort m’est mesvenu,
Mais pour la veoir m’est souvenu
De trouver bien fachon nouvelle
[A ce printemps nouviau venu.]

10Fort endurer m’a couvenu,
Sans estre a mon gré parvenu,
Par ce Faulx Dangier le rebelle,
Que quiers par une fachon belle,
Pour m’en vengier, moy revenu,
15A ce printemps [nouviau venu.]

CXL

Anthoine

(fol. 77)
Ma dolente vie finer
Je vueil, et sy ne puis finer
A la mort, que tant pour moy face.
Ha ! Mort, vers moy vire ta face,
5Pour faire mes maulx definer.

Ceulx qui fuient, tu les assaulx
Et en fais a ton tret bersaulx ;
Tu scés que ce n’est pas leur vœul,
Mais monstre moy tes durs assaulx,
10Pour plus te haster vieng en saulx,
Avance toy, car je te vœul.