Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/189

Cette page a été validée par deux contributeurs.
117
ET AUTRES POÉSIES

10Je voy mon espoir qui me fault
Et dit que brief mourir me fault :
Il m’a fait bien joyeulx, le maistre,
Je ne m’en vieulx plus entremettre
En nul temps, fache froit ou chault :
15Joye me fuit, [Douleur m’assault.]

CXXXVI

Itasse de Lespinay

(fol. 75)
Dictes, par vostre createur,
La prise et ame vostre cueur
Autant que vous dictez de bouche ?
Vous est son amour tant fort prouche
5N’en menton point pour le meilleur.

— Ouï, mon amy, sy m’ait Dieux,
Je n’en sçay point [de]soubz les cieulx
Qui de valleur l’aprouche en rien,
Et pour cela nomme en tous lieux
10Le seul desanuy de mes yeux,
Tout l’eur et l’espoir de mon bien.

— Doncq, monseigneur, en ma faveur,
Puis que sa tant gente doulceur
Si estroit près du cueur vous touche,
15Servir la vous fault sans reprouche,
Mais penssés vous bien sa valleur,
Dictes, [par vostre créateur ?]