Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/187

Cette page a été validée par deux contributeurs.
115
ET AUTRES POÉSIES

Et pour ce point ne me m’esmerveille,
Sy l’on vous sert en plusieurs lieux.

5Il n’y a dame soubz les cieux
Qui de rien soit a vous pareille :
[Pour un chief d’œuvre vous fist Dieux.]

Je voy[1] bien dont que c’est mon mieux
Qu’a vous servir je m’apareille,
10Car vous estes la nonpareille
Que jamès homme verra d’ieux :
Pour un chief [d’œuvre vous fist Dieux.]

CXXXIV

Anthoine

(fol. 74)
Quant je voy vostre douche face
Qui les aultres du tout efface,
De vous amer je suis surpris ;
Mais aussy avant suis je pris
5La ou vous n’estes en la place.

[En regardant][2] vostre maintien,
Je perdis ce qui estoit mien :
C’est mon povre cueur qui est vostre.
Ha ! vous l’avés, seur je m’en tien ;
10Ne doubtés ja qu’il[3] n’en soit rien :
Vray est comme la patenostre.
 

  1. Le ms. fr. 9223 répète voy.
  2. CXXXIV. Cet hémistiche, qui manque dans le ms. 9223, est suppléé d’après le v. 5 du rondeau XIII.
  3. Ms. fr. 9223 qui.