Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/183

Cette page a été validée par deux contributeurs.
111
ET AUTRES POÉSIES

CXXVIII

R. le Senechal

(fol. 67 v°)
Las ! ditez moy quant se sera
Que seul seray de voz mignons,
Et que n’aray nulz compaignons ;
Car lors ma joye se fera,

5Qui mon dueil du tout deffera ;
Mais que d’un vouloir nous soyons,
Las ! ditez moy [quant se sera.]

Ou autrement, ne finera
La doulleur dont j’ay les frissons
10Qui m’ont tenu maintes saisons ;
Qu’ame qui vous appaisera,
Las ! ditez moy [quant se sera.]

CXXIX

R. le Senechal

(fol. 68)
Ung chacun jour de la sepmaine,
Courroux mortel si me pourmaine
Tout aultrement que n’ay amors,
Dont j’ay de dueil ung tel remors
5Que plus n’ay cueur ne teste saine.