Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/182

Cette page a été validée par deux contributeurs.
110
RONDEAUX

Les poissons tous en l’air voler,
5La mer tharir, les chiens parler,
Buglez courir mieulx que chevaulx,
Enfans d’ung an bien tost aller,
Quant tous amans[1] seront loyaulx.

Toutes langues seront ouvrieres
10De bien savoir conseil celer ;
Partout seront d’or les minieres,
Les chievres sauront bien filler,
Dieu fera les mons avaller,
Les gens ne feront plus de maulx,
15Rien ne verrez dissimuler,
Quant tous amans seront loyaulx.

(fol. 67)Dyamans dedans les carrieres
Verrez aulx oliphans tailler,
Les aneaux en toutes manieres[2]
20Aux drommadoires esmailler,
Les cerfs pour courre reculler,
Les ours porter les grans chasteaulx,
Chacun verrez esmerveiller,
Quant tous amans seront loyaulx.

25Prince, vous verrez batailler
Encontre les loups les aigneaux,
Les flebes les fors detailler,
Quant tous amans seront loyaulx.

  1. Rec. hommes.
  2. Rec. dedans les minieres.