Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/178

Cette page a été validée par deux contributeurs.
106
RONDEAUX

D’amender ilz ont bien mestier,
Et je vous pri qu’on y pourvoye ;
Blosseville, [noble escuier,
Tous ces fatraz je vous envoye.]

Vous savez que du droit sentier
10En tel cas maint ung se desvoye ;
Avant qu’ilz aillent aultre voye,
Donnez leur ung tour du mestier.
Blosseville [noble escuier,
Tous ces fatraz je vous envoye,
15Ce non obstant que chacun voye
Que ne sont pas de main d’ouvrier.]

CXXIV[1]


Je ne suis pas tant abusé
Que de me vouloir entremestre
De corriger les faiz du maistre
Qui est du mestier tant rusé.

  1. CXXIV. Ce quatrain, rimé sans doute par Blosseville, est la réponse à la pièce précédente.