Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/174

Cette page a été validée par deux contributeurs.
102
RONDEAUX

CXIX

Le Roussellet

(fol. 62)
Quant je me treuve auprès de celle
Qui son amy du cueur m’appelle,
Et j’ay ung regart de ses yeulx,
Je suis plus gay et plus joyeulx
5Q[u]’ung poulain desbridé sans celle.

Se je la voy ung peu rebelle,
Tout doulcement je luy dis : « Belle,
Voustre courroux m’est ennuyeux ; »
Quant je [me treuve auprès de celle
10Qui son amy du cueur m’appelle.]

Mais s’il avient qu’elle soit telle
Qu’il[1] luy plaise que parle a elle,
Je semble, tant suis glorieux,
Proprement ung beau sire Dieulx
15Qui soit assis sur une pelle,
Quant je [me treuve auprès de celle
Qui son ami du cueur m’appelle.]

  1. CXIX. Ms. fr. 9223 Qui.