Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/167

Cette page a été validée par deux contributeurs.
95
ET AUTRES POÉSIES

Aultre que vous n’en ara blasme,
Car chacun voit bien qu’il vous ame
Tant qu’il en gist en grant langueur
15Dedans [l’abisme de Douleur.]

CX

Blosseville

(fol. 57 v°)
Le cueur qui souloit estre mien
Je vous ay long temps adonné,
Qui ne vous a abandonné
Ne n’abandonnera pour rien.

5Pour tousjours mès seur je me tien
Qu’a vous amer c’est adonné,
Le cueur [qui souloit estre mien.]

Il en sera, je le sçay bien,
Quant il vous[1] plaira, guerdonné :
10Soit par vous doncques ordonné
Ce que vouldrez qu’il ait de bien,
Le cueur [qui souloit estre mien.]

  1. CX. Ms. fr. 9223 nous.