Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/15

Cette page a été validée par deux contributeurs.
XI
INTRODUCTION

transmit à ses deux fils Jean et Louis. C’est donc à un de ces deux Boucicaut (car ils portèrent tous deux ce sobriquet), qu’il faut attribuer notre pièce et une autre encore qui figure dans les œuvres de Charles d’Orléans[1]. M. Kervyn de Lettenhove dans les notes de son Froissart[2] penche pour Jean, qui fut conseiller et chambellan du duc de Guyenne en 1471[3] ; jusqu’à preuve du contraire, nous tenons pour son frère Louis, que nous voyons en 1475 vendre, et par conséquent posséder, la terre du Breuildoré[4]. Louis le Meingre avait dû renoncer d’ailleurs au titre de seigneur du Breuildoré avant cette date, car parmi les manuscrits de Charles d’Orléans dans lesquels il paraît sous le nom de Boucicaut, plusieurs sont certainement antérieurs à 1475. Son frère Jean mourut sans enfants en 1485.

La pièce, œuvre de Boucicaut dans notre recueil, est une bergerette (no lii, p. 47).

Busnois. – Maître Antoine Busnois, doyen de Borne (en Nivernais), poète et musicien, fut un des correspondants littéraires de Molinet. On ne connaissait jusqu’ici que deux pièces de lui, un dictier adressé à Molinet[5] et une bergerette citée comme exemple par Pierre Fabri[6]. Busnois a aussi composé plusieurs mélodies s’appli-

  1. Éd. d’Héricault, t. II, p. 191.
  2. Tome XX, p. 392.
  3. Bibl. nat., Pièces orig., dossier Boucicaut.
  4. P. Anselme, t. VI, p. 755.
  5. Publié dans le Jardin de Plaisance (Lyon, Olivier Arnoullet, vers 1459), fol. 62 ro. Voy. aussi le Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. le baron James de Rothschild [par M. Ém. Picot], t. I (1884), p. 273 et 277.
  6. Le grand et vray art de plaine rethoricque (Paris, Et. Caveiller, 1539), fol.35.