Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/143

Cette page a été validée par deux contributeurs.
71
ET AUTRES POÉSIES

LXXXI[1]

Blosseville

(fol. 43)
Pour contrefaire l’amoureux,
Je foix ainsi le douloureux
Que ceulx qui sont en grant chaleur ;
Sy n’ay je ne mal[2] ne douleur,
5De quoy je me tiens bien heureux.

Lays ! j’entretiens les maleureux,
Qui seuffrent les maulx rigoreux,
Et changent[3] souvent de coulleur,
Pour contrefaire [l’amoureux.]

10Ce de quoy sont tant desireux[4]
Plusieurs foys, je le sçay par eux,
Car il me comptent leur malheur,
Cuidant que je soye des leur[5] ;
Dont je me sens plus rigoureux,
15Pour contrefaire [l’amoureux.]

  1. LXXXI. Ce rondeau se trouve aussi deux fois dans le ms. fr. 1719 de la Bibl. nat., fol. 66 et 131 v°.
  2. Ms. fr. 1719 (1) Sy nen ay je mal.
  3. Ms. fr. 9223 change.
  4. Tout le couplet, du v. 10 au v. 14, est autre dans le ms. fr. 1719 (1) :

    Devant jaloux faiz le paoureux,
    Et n’en laisse a faire pour eulx
    Chose qui me tourne a valleur ;
    Au mains s’il me survient malheur,
    Que je vive en paix entour eulx ;
    Pour contrefaire, [etc.]

  5. Ms. fr. 1719 (2) le vers manque.