Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/14

Cette page a été validée par deux contributeurs.
X
RONDEAUX

Jeune[1]. Peut-être faut-il aussi le déclarer l’auteur d’un troisième débat placé en tête de notre recueil[2], le Debat de la Vie et de la Mort, dont la composition et le style se rapprochent certainement de la manière ordinaire du poète, et qui dans le manuscrit se trouve précéder immédiatement quelques rondeaux de Blosseville.

Un des rondeaux de Blosseville (no lxx, p. 62) figurait jusqu’à présent parmi les poésies attribuées à Villon[3].

Bridoré (Monseigneur du). – Mgr du Bridoré et Boucicaut ne sont qu’un seul et même personnage[4] : la pièce de notre recueil attribuée à Mgr du Bridoré se retrouve en effet dans les manuscrits de Charles d’Orléans[5] sous le nom de Boucicaut. Quel est ce Boucicaut ? M. P. Paris a déjà démontré[6] que ce ne pouvait être le grand Boucicaut, l’un des auteurs des Cent Ballades[7], car dans la réponse que donne Charles d’Orléans au rondeau de Boucicaut[8], il fait allusion à sa vieillesse ; or Boucicaut étant mort en 1421, Charles d’Orléans n’avait à cette époque qu’une trentaine d’années. D’ailleurs le maréchal Boucicaut n’a jamais eu la terre du Bridoré ou mieux du Breuildoré ; cette terre fut achetée par son frère Geoffroy le Meingre, dit Boucicaut[9], qui mourut en 1429, et la

  1. Publié, ibid., t. IX, p. 221-237.
  2. Bibl. nat., ms. fr. 9223, fol. 1 à 6 vo.
  3. Éd. P. Jannet, p. 135.
  4. Contrairement à l’opinion de M. d’Héricault dans son édition de Charles d’Orléans, t. II, p. 305.
  5. Éd. d’Héricault, t. II, p. 190.
  6. Les manuscrits françois de la Bibl. du roi, t. VI, p. 370-371.
  7. Sur ce personnage, voy. l’édition du marquis de Queux de Saint-Hilaire (1868), p. 248-254, et Complément, (1874), p. xix.
  8. Éd. d’Héricault, t. II, p. 191, et notre Recueil, p. 48.
  9. P. Anselme, t. VI, p. 755.