Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/138

Cette page a été validée par deux contributeurs.
66
RONDEAUX

Apprès vous soir,
De mon desir tresassouvie,
5Vous serés de moy bien servie,
Mais qu[e] envie
Vous n’ayez[1] de le desvouloir.

Pour ce plaise vous dire ouy,
Et puis, quant je l’aray ouy,
10Plus resjouy
Que ne fus oncques je seray ;
Et sera mon cueur desfouy
Ou dueil ou il est enfouy,
Ou j’ay fouy
15Par grief courroux que lesseray.

Car vous pouez sans vous douloir
De tous mes maulx me desdouloir,
Dont piz valoir
Ne pouez jour de vostre vie.
20Se j’ay dont grace desservie,
Sans que desvie,
Donnez la moy pour mieulx valoir,
Mais que [ce soit vostre vouloir.]

LXXV[2]

Anthoine de Guise

(fol. 40 v°)
Tu te brulles a la chandelle.
Helas ! mon cueur, ne voy[s] tu pas

  1. LXXIV. Ms. fr. 9223 nayer.
  2. LXXV. Ce rondeau se trouve aussi dans le ms. fr. 1719 de la Bibl. nat., fol. 46 v° ; il a été publié dans Villon, p. 136.