Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/102

Cette page a été validée par deux contributeurs.
30
RONDEAUX

XXXIII[1]

Blosseville

(fol. 19)
En la forest de Longue Atente[2]
Demeure sans maison ne tente[3],
Ou fort me tente
Desespoir et Mirencolie,
5Avec eux Desconfort s’alie,
Qui me lie
Si court, que je n’ay point d’estente[4].

Espoir veult que je me contente
Et que point ne me mescontente,
10Car son entente
Si est que Pitié me delie
En la forest [de Longue Atente.]

Maiz tous les jours, comme de rente,
Mon mal acroist qui me tourmente,
15Dont je lamente

  1. XXXIII. Ce rondeau se trouve aussi deux fois dans le ms. fr. 1719 de la Bibl. nat., fol. 65 et 130 v°.
  2. Le premier vers de ce rondeau a servi de thème à un concours poétique entre Charles d’Orléans, Madame d’Orléans, le comte de Nevers, Fredet, Philippe Pot, Antoine de Lussay, Guiot Pot, Gille des Ormes, Jacques bâtard de la Trémoïlle, Blossevillle et Jeucourt (voy. Charles d’Orléans, II, 163-169, et les rondeaux portant dans le présent recueil les nos XXXV, XXXVI, XXXVII, XLVII, XLVIII et XC ; les pièces de Blosseville (n° XXXIII) et de Jeucourt (n° XC) étaient inconnues jusqu’ici ; voy. aussi une ballade publiée dans l’édition de Champollion, p. 440-441.
  3. Ms. fr. 1719 (1) rente.
  4. Ms. fr. 1719 (2) dentente.