Page:Anonyme - Le roman d'Aquin ou La conquête de la Bretaigne par le Roy Charlemaigne.djvu/208

Cette page n’a pas encore été corrigée
74
la conqueste de la bretaigne

Et l’oriflambe et son trigon lever.
Une chapelle y fist le roy fonder,
1895De saint Servan en fust le mestre auter ;
Ung amy Dé, qui moult fait à louer,
Cousin Dé fut, yce ouy conpter,
De par la Virge qui moult fait à louer
Où Damme Dé se deigna aonbrer.
1900Une crouez belle mist Charlez sus l’auter ;
D’argent est riche, luy roys la fist dorer ;
Dedanz la crouez qui moult fait à louer
Abvoit fait Charles reliques enchasser ; (fo 34 vo)
De Ynocens fist en la crouez poser,
1905Et dou martyr saint Estienne le ber,
Et d’aultres saints qui moult sont à louer.
Nostre emperiere print Dieu a reclamer :
« Damme De, sere, [ce] dist Charlez le ber,
« A Saint Servan veil ceste crouez donner
1910« En moutier, et meptre à presenter,
« Par teil commant comme ge veil deviser :
« Ceulx qui sus le se vouldront parjurer,
« Que mal lour vienge sanz longuement demourer,
« Eins que l’an [en] puisse estre passez
1915« Y facez voz vertuz et demonstrez,
« Apertement [voz] vertuz y facez ! »
Nostre emperiere, qui fut gentil et ber,
Arcevesques fist ou moutier entrer ;
L’eglise fist de [Damme] Dieu segner.