Page:Anonyme - Le roman d'Aquin ou La conquête de la Bretaigne par le Roy Charlemaigne.djvu/197

Cette page n’a pas encore été corrigée
64
la conqueste de la bretaigne

Lors s’escrïa o la vouez qu’il ot grant : (fo 29 vo)
« Ferez, Franczoys, sus ça gent soudement
1630« Qui nous ont cy asailliz en dormant ;
« Tel traïson ne vit nul[s] homs vivant,
« Quar je cuide bien touz y seron morant ;
« Pour l’amour Dé nels alez espargnant ! »
— « Sire, font ilz, tout à vostre commant ;
1635« Ainz y mouron que saïon recreant,
« Ne que de riens nous augeon fouyant ! »
Lors ont prins et cuer et hardement.
Adonc y fierent Angevin et Norment
Et Leharenc, Bauvier et Allement,
1640Et Beruier et Flammier et Frisant,
Qui de roy Charles sont lours terres tenant.
Maint bon destrier y veïssez gesant,
Tant pié, tant poign, tant de teste tolant,
Et tant paen et tant crestien mourant,
1645Et tant destrier [à] lour rene tirant
Don lours seignours gesoient mors ou champ !
Forment se vont nostre gent efforçant ;
Mais pour neant ja n’y orent garant,
Quar des paens fut la presse si grant,
1650Contre ung des noz y a .V. mescreant,
Qui nostre gent vont forment occïant.
S’ilz sont las [ne] m’en voys merveillant,
Quar ne finerent dès premier coq chantant,
Fort se combatent à la lune reant,
1655Onc ne finerent decy à l’ajournant.