Page:Anonyme - Le roman d'Aquin ou La conquête de la Bretaigne par le Roy Charlemaigne.djvu/193

Cette page n’a pas encore été corrigée
60
la conqueste de la bretaigne

A mesnuyt sont payens acheminé ;
Jusques à l’isle ne se sont aresté.
Là ont duc Nesmes et les Franczoys trové,
Couché se sont, trop se sont aduré
1525Et endormi dont c’est moult grant foulté.
Lours chevalx ont les Sarrazins trové,
Que ilz ont touz cay[te]ment encellé,
Lors ont payens traitz les brancz aceré,
Les chevalx ont touz mors et [de]tranché.
1530Les cordes tranchent, leurs trefs ont decoupé,
Sur les Franczois est le chapplé tourné ;
Fierent de hachez et de brancs aceré,
Et de jusermes don il y a planté ;
Francs s’estourmissent ; al[las ! vont s’en] aler,
1535Vaient qu’ils sont traïz et engennés,
Lours chevalx vaient qui sont mors et finé :
Lors ont tel deul, à poay ne sont desvé.
Lors a chascun trait le brant aceré,
[Il] fierent fort sus payens deféé,
1540À maint en ont le cheff dou coul sevré :
Mais pour neant ja n’auront garenté ; (fo 28)
Contre ung des noz y a bien sinc malfé !
Et [sy] sont prins don c’est deul et pitié.
Là ot grant deul et grant mortalité.
1545Nesmes ly duc[s] tint le branc aceré,
Quenqu’il ataint à plain coup est finé.
Moult a payens occis et afolé.