Page:Anonyme - Le Prix vie heureuse.pdf/14

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MADAME C. DE BROUTELLES


Le jury du Prix « Vie Heureuse » a pour secrétaire perpétuelle Mme C. de Broutelles.

Avoir fondé trois revues, en être l’âme active et l’unique ressort ; mener dans leurs voies nettes et différentes la Vie Heureuse, la Mode pratique, le Conseil des Femmes ; suffire à tout, y réussir : Mme de Broutelles, dans le bureau anglais tendu d’étoffe verte, où défile sans fin la triple rédaction, accomplit cette tâche avec un esprit net et prompt, de la vivacité critique, une volonté qui n’exclut pas la mobilité, de la bravoure qui ne supprime pas l’habileté, de la diplomatie, du charme, de l’esprit d’exécution, des convictions arrêtées et des jugements instantanés, et, dans un jour d’épreuve, une très grande bonté de cœur. On s’accorde à trouver qu’elle est pour ses collaborateurs un guide qui sait ce qu’il veut, qui sait le dire, qui juge d’un coup d’œil le fort et le faible par cette sorte d’intuition d’un esprit constructif qu’on appelle la mise au point.

Cette intelligence rapide à saisir les idées en a sur la vie quelques-unes, qui sont immuables, qu’une activité naturelle et un sentiment très généreux de prosélytisme la poussent à répandre et qui font le charme des articles qu’elle a publiés sur l’Éducation de nos fils, sur Notre avenir par le travail etc., etc.

Certains mots s’y retrouvent qui sont les motifs conducteurs de sa pensée « Netteté, droiture, pureté de ligne, fraîcheur et beauté véritable ».

Le monde, s’il était tel qu’elle le souhaite, se composerait de gens très francs, et point mystérieux, qui aimeraient beaucoup leur foyer, se sentiraient confortablement chez eux, respecteraient réciproquement leur liberté, auraient l’âme nette, l’esprit reposé, l’amour de tout ce que la nature a fait de beau, le goût d’une simplicité aisée, d’un décor de quelques lignes agréables aux yeux, des dessus de table en cristal, et de quelques fleurs soigneusement disposées.

L’histoire des revues qu’elle a fondées est l’histoire de ses idées même. Pour les faire triompher elle a fondé la Mode Pratique. De là elle a été actuellement amenée à s’occuper de l’existence entière de la femme, et à fonder la Vie Heureuse en 1902, et le Conseil des Femmes.