Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/93

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Comunement chaïrent anbedui.
Quens Aymeris se senti abatu,
Molt a grant honte, si home l’ont veü ;
Dame Hermenjarz li escria del mur :
810« Aymeri sire, jentils hom, que fes tu ?
« Se je t’i pert tel domaje ne fu.
« Sainte Marie, miracles et vertu ! »
Aymeris l’ot, ne fu mie esperduz,
L’espée tret, si enbrace l’escu ;
815Au tor françois est au paien venuz,
De Finamonde l’a sor l’elme feru,
Trenchié li a lo mestre coing desus ;
Li blans aubers ne li vaut un festu,
Tot li detrenche de ci as denz menuz ;
820Estort son cop, si l’a mort abatu.
.XV. François li ont Ferrant rendu ;
Aymeris monte a son col son escu,
Mès l’amirals i est poignant venuz ;
As beles armes l’ot bien reconeü.
825Point Brisegaut, qui li saut par vertu,
Brandi la hanste o li confanons fu,
Fiert Aymeri devant en son escu ;
Desoz la bocle li a fret et fendu,
Enpoint le bien et bote par vertu,
830Mès ainz li quens des arçons ne se mut.
Li Sarrazins se departi de lui,
Quens Aymeris l’a avant porseü,

    — 806 A B en l’erbu, C Andui chient des bons destriers quernuz. — 807 C Quant A., D Danz A. — 808 A B Il en a honte, D que sa gent l’ont veü. — 809 D l’en esgarda, A B des murs. — 810 C quens. — 811 A B tele dolour, C te p. — 812 C car i fetes v., C ajoute : Que il ne soit ne mort ne retenu. — 813 D pas e. — 814 A B embraça, D Il tret l’esp. — 816 A B De son espée, l’a sus l’elme feru, D o hiaume f. — 818-835 omis dans C. — 819 A B copa. — 823 A B Et l’a. — 824 A B Et a ses a. — 826 A B L’anste b. — 830 A B onc. — 832 A B conseü.