Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Trenche les fetes, les cordes et les las,
785Mil pavelions i verse d’un estal
Li danzels de Nerbone.

XXXVI[1]

Quant Aymeris ot les trés abatuz,
Trenchié les cordes et les fetes ronpuz,
Li amirals i est poignant venuz
790Qui as estax desoz Nerbone fu
A .iiii. mile Sarrazins a escuz.
François les voient, entr’ax se sont feru :
La veïssiez un estor maintenu,
Tant hanste fraindre et percier tant escu,
795Tant chevalier chooir et abatu,
Li navré braient et li mort chient jus,
Li destrier fuient par mi cest pui agu.
Danz Aymeris a Galafer veü
Un roi paien qui d’Antioche fu :
800Broche Ferrant, sore li est coru,
Et li paiens s’en est aperceüz,
Esperonant en est des rens oissuz,
Et Aymeris li broche par vertu :
Granz cox se fierent par desus les escuz,
805Desoz les bocles les ont frez et fenduz,

    — 784 A B Et en copa les cordes. — 785 A B verssent.

  1. XXXVI. C rime en u. — 788 A B et les pans derompus, C lo tref r., D ajoute : Celui meïsmes ou li amiral fu. — 789 A B courant v. — 790 A B a l’estour. — 791 C O .iiii., C D ajoutent : Pris a les annes et les viviers rompuz. — 792 C en ax. — 794 A B brisier. — 795 D contre terre a. — 796 A B crient, D supprime et. — 797 A B le pré herbu, D cil d., C ces tertres aguz. C ajoute : Les seles tornent, li poitrail sont ronpu, D Les seles vident et li poitrail ronpu. — 798 D Quens A., A B Galafre. — 802 A B estoit, C li est. — 803 A B a brochié, C lo feri par vertu, D ne puet plus. — 804 C devant sor les e., D de deçor les e. — 805 C Soz l., D que i les ont defroisiez.