Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

720Li glorios que il li face aïe :
« Aymeri sire, or sui je mal baillie
« Quant vos estes malades. »

XXXIII[1]

Uns mesagiers l’ala dire Aymeri
Qui jut malades en son palés antif
725Dedenz un lit a flors d’or jeteïx :
« He ! jentils quens, com somes mal bailli !
« Assis nos ont Paien et Sarrazin,
« Es barbacanes des fossez se sont mis,
« A maux de fer fierent as murs antis.
730« Se Dex nel fet, nos seromes ja pris. »
Aymeris l’ot, forment s’en est marris :
Deu reclama qui onques ne menti :
« Sainte Marie qui Deu portas a fil,
« Defendez hui ma cité de perir,
735« Que cil Païen ne l’aient. »

XXXIV[2]

Quens Aymeris li chanuz et li blans
En apela ses mestres chanberlens
Qui l’ont vestu et chaucié jentement ;
De son lit ist soef et belement :
740Enbracié l’a Hues de Montaiment :

    — 720 omis dans A B, D tramete.

  1. XXXIII. C rime en i. — 724 A B Qui est m., D O gist m. — 726 A B nous s., D A riche conte. — 727 D Que sis vos ont. — 730 D n’an panse, il nos auront j. — 731 A B si en est esbahis. — 733 A B virge de Paradis. — 734 D Desfanz moi hui. — 735 C de cele jent desvée, D Que païen ne la prangnent.
  2. XXXIV. C rime en ant. — 736 D Danz A. — 737 A B Apele iluec, D A apelé. — 738 A B vestu l’ont, D I l’ont v. — 740 C Hues et Elimant, D Q’anbracié... Moutharmant.