Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Qui plus tost cort que brachez ne chevals.
655Icelui jor .iiii. terres cercha ;
Et l’endemain, ainz que midis passast,
Un grant estoire de paien ajosta,
.XXXX. mil de la jent criminal ;
Si les conduist l’amiral de Baudas.
660Soz Babiloine porprainent lor estal ;
Durement aiment et prisent l’amiral.
Molt lor est bel que a Nerbone ira.
Tex s’en fet lié qui ja n’en revendra
Ne ne verra Espaigne.

XXIX[1]

665Li rois manda por sa jent de montaigne,
.XX. mile Turs o les chieres grifaignes,
Qui n’aiment Deu ne rien qui a lui tiegne.
Uns amirals les aconduit et maine.
Soz Babiloine se lojent en la plaigne :
670Cil desirent la guerre.

XXX[2]

Li rois manda sa jent de Foleroche
Et cels de Meque qui Mahomet aportent.
Li rois Galafres lor amaine un estoire

    — 654 A B vet, omis dans C. — 656 D Ainz le tiers jors, C passa. — 657 A Une estoire, B Si grant e., D asambla. — D2 LM. — 661 A B Car ils molt aiment et p. — 662 D Molt lor est bel que ja en revandra, D2 Et lor et bel que a N. va. — 663 A B fier. — 664 C Chascun partant Nerbone, D2 Ne reverra E.

  1. XXIX. C rime en aigne. — 665 A B qui ont ch. g. — 667 D D2 Qui D. n’a. — 668 B conduit et amaine. — 669 D D2 hauberjent. — 670 C Molt d., D Ced d.
  2. XXX. C rime en on. — 671 D la. — 673 D D2 Roi Galafer, D2 Galafres, A B i amaine.