Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Por lo mesaje jehir et raconter
A l’amiré de Perse.

XXV[1]

Barrès chemine et passe lo païs
570Isnelement, ne prist cesse ne fin :
Uns palefroiz ne s’i poïst tenir.
Tant a erré qu’en Babiloine vint.
L’amiré trueve sus el palès antif ;
De Mahomet un jent salu li dist.
575Quant il le vit sel besa et joï,
Son destre braz desus lo col li mist,
Lez li l’asist el faudestué d’or fin :
Cortoisement a apeler lo prist,
Si li demande : « Dont venez vos, cosins ?
580De quels noveles savez vos lo latin ?
Com se contient li forz quens Aymeris ?
« Puet il or mès ses garnemenz sofrir ?
« Porter ses armes et son escu tenir ?
« Il est or sires de Nerbone la cit
585« Qui fu mon pere lo riche roi Sorbrin.
« Danz Aymeris de Nerbone l’ocist,
« Et Charlemaine, li rois de Saint Denis,
« Si li dona Nerbonois a tenir :

    — 567 A D regehir et conter, A Son m.

  1. XXV. C rime en is. — 569 A B Et erre le païs, D2 Vares, D trespasse le p. — 570 A B que onques ne prist f., D prant c. — 572 D en B., D2 alé. — 573 B voltis. — 574 A B fist, D molt gent salu, D2 bon s. — 576-577 omis dans A B. — 578 C l’a pris, D a aparler. — 579 A B C D2 amis. — 580 omis dans A B. — 581 A B li contes A., D le conte Naymeri, D2 preux q. — 582 A B mes plus... tenir. — 583 omis dans A B D2. — 584 D il est seignor, D2 Il et sires. — 585 A B mon pere fu, C Sorbastre le marchis, D2 le riche Sorberin. — 586 D en N., D2 la cit. — 587 D2 Qui iert a Kl. le roi... — 588 A B Li ot d., D Qui li dona.